La formation des vagues

(3)

Les vagues ont un impact sur de nombreuses pratiques de sports d’eau. Ce phénomène naturel est donc à prendre en considération et à décrypter pour pouvoir surfer, pagayer, plonger ou naviguer le plus efficacement possible.

La formation des vagues

Mission test Tribord en Galice

 

 

 Qu’est-ce qu’une vague ? Comment est-elle créée ?

 

Une vague est un mouvement oscillatoire de la surface d'un océan, d'une mer ou d'un lac. A noter que l’on parlera plus de « houle » quand elle se situera au large.

La houle est créée par le vent, lorsqu’il se met à souffler sur une étendue d’eau calme. Il se forme alors des rides à la surface de la mer qui se transforment en ondes (appelées « houle ») et qui se propagent vers les côtes.

La formation des vagues

 

La propagation de la houle

 

 

 

La croissance de la houle est déterminée par 3 facteurs :

  • la vitesse du vent

  • la durée pendant laquelle le vent souffle

  • la distance parcourue par la houle


Plus la houle est entretenue pendant une longue durée, et plus elle augmentera sa période (la durée séparant la vague précédente de la vague suivante) et donc son énergie.

Cette houle donnera des vagues grosses et puissantes avec de longues périodes (entre 15 et 20 secondes), et qui dureront plus longtemps.

Moins la houle est entretenue sur une longue distance, plus elle donnera des vagues peu puissantes avec de courtes périodes (entre 8 et 12 secondes), et qui se dissiperont plus rapidement.

 

La transformation de la houle en vague

 Plus la houle se rapproche de la côte, plus les fonds marins s’élèvent. Cela impacte donc la taille de la houle qui augmente elle aussi de plus en plus, et qui finit par déferler.

La formation des vagues

La forme des vagues dépend principalement de la forme des fonds marins de la plage qui permettent de transformer le mouvement horizontal de la houle en un mouvement vertical. En effet, une plage avec un fond en pente douce donnera des vagues molles et plutôt plates. Au contraire, une plage avec un fond profond passant directement à un fond peu profond donnera des vagues creuses et puissantes.

Pour simplifier :

  • Fond plat = vague plate, idéal pour débuter (Exemple de spot : Hendaye)
  • Fond légèrement pentu = vague molle (exemple de spot : la côte des Basques)
  • Fond pentu = vague creuse (exemple de spot : Hossegor)

 

Le vent « on-shore » et « off-shore » : quels impacts sur les vagues ?

 


Quand on parle de vent « on-shore » ou « off-shore », il s’agit du vent soufflant sur la côte, et modifiant directement les vagues (et non le vent entrainant la création de la houle au large et expliqué précédemment).

Le vent « on-shore », ou « venant du large » pour traduire ce terme en français, aura tendance à écraser les vagues et à faire du clapot. Cela rendra donc les conditions moins bonnes pour la pratique du surf ou du bodyboard.

A l’inverse, le vent « off-shore », est un vent venant de terre et aura tendance à creuser les vagues et lisser le plan d'eau, améliorant ainsi les conditions de surf et de bodyboard.

Selon le moment de la journée et les différences de températures observées, les vagues subissent soit la brise « on shore » (de mer) dans la journée, soit la brise « off shore » (de terre) durant la nuit et le matin. D’après ce facteur, les conditions de surf seront donc meilleures la nuit et le matin… Les deux schémas ci-dessous expliquent ce phénomène.

La formation des vagues

La formation des vagues

 

 

Un autre facteur influent : la marée

En fonction du spot, les marées peuvent avoir un impact non-négligeable sur les vagues. En effet, elles  influent directement sur les hauteurs de fond, entrainant donc des modifications sur les caractéristiques des vagues. Certains spots seront donc plus favorables à la pratique du surf et du bodyboard à marée haute, alors que d’autres le seront à marée basse. Vous trouverez sur le Tribord Club les caractéristiques de nombreux spots.
 

 

Est-ce un mythe que de dire « la 7ème vague est toujours la plus grosse » ?

 


Pas forcément ! En effet, dans les séries plutôt "chaotiques", on remarque que toutes les 6 vagues, arrive généralement la plus grosse de la série. Dans des séries avec des houles plus « parfaites » ce nombre tend plus vers 9/10. Ces observations scientifiques proviennent de Leo Holthuijsen, un expert dans le domaine de la compréhension et de la modélisation des vagues.

 

 

Bien observer les conditions avant la mise à l’eau

 

 

Avant de se mettre (ou non) à l’eau, il est préférable de passer du temps à analyser correctement les conditions, dans l’optique d’adapter au mieux notre pratique:

  • bien observer la répartition des séries pendant quelques minutes et non quelques secondes (en essayant de repérer les meilleurs « pics » pour les surfeurs, c’est-à-dire l’endroit où la vague casse en premier)
  • anticiper les points d’entrée et de sortie de l’eau (sur certains spots comme la côte des Basques, la sortie de l'eau est parfois compliquée à marrée haute alors qu'il n'y a aucun problème à marée basse)
  • bien repérer les courants pour les utiliser au mieux une fois à l’eau
  • s’adapter aux horaires des marées en fonction du lieu et du type de pratique

 

La formation des vagues

Mission test Tribord en Galice

Pour conclure, nous pouvons donc dire que les vagues que nous observons sur nos plages sont principalement le résultat de deux facteurs naturels : le vent et les fonds marins. C’est par conséquent en étudiant ces deux facteurs que les prévisionnistes sont en mesure de nous donner des indications de plus en plus fiables et surtout, de plus en plus précises sur les vagues que nous allons affronter… Vous trouverez d'ailleurs sur le Tribord Club un service de prévision météo.

Cependant, n’oubliez pas d’observer et d’analyser en temps réel les conditions de votre lieu de pratique car la nature reste imprévisible…

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Vote
HAUT DE PAGE